Le stress professionnel


Depuis une vingtaine d’années, le stress est apparu comme un des nouveaux risques professionnels majeurs. Pourtant, il est encore faiblement pris en compte par les employeurs qui renvoient souvent le problème hors du champ du travail, en l’attribuant à une éventuelle fragilité individuelle.

QU’EST-CE-QUE LE STRESS ?

Le stress est une réponse de l’organisme aux facteurs d’agressions physiologiques et psychologiques ainsi qu’aux émotions qui nécessitent une adaptation.

Le stress aïgu répond aux contraintes liées aux métiers et n’est pas forcément néfaste, selon son intensité.

Le stress chronique, lui, est dangereux, car il maintient l’organisme en sur-régime et s’inscrit dans la durée.
D’abord une souffrance pour le travailleur…

Le stress professionnel chronique peut avoir des répercussions plus ou moins graves et réversibles sur la santé mentale et physique des salariés.
Dans le cas d’un surmenage excessif, on parle de burn out. Il s’agit d’un épuisement émotionnel, conséquence d’un stress prolongé. Le stress peut être aussi à l’origine d’absentéisme, d’incapacité de travail, d’un départ précoce à la retraite, d’une démission, dans les cas extrêmes d’un Karoshi (mort par surmenage au Japon).

…Mais aussi un coût pour l’entreprise…
Coût de l’absentéisme dû au stress = 370 millions d’euros.

…Et des répercussions financières pour la Sécurité sociale
Coût du stress = entre 830 et 1656 millions d’euros, soit 10 à 20% des dépenses AT-MP de la Sécurité sociale (INRS, 2000)

Les maladies dues au stress au travail ne figurent pas dans le tableau des maladies professionnelles ! Le stress – qui fait partie des risques psychosociaux – n’est pourtant pas considéré comme une maladie en soi. Seules une vingtaines de dépressions sévères liées au stress ont été reconnues comme maladie professionnelle en France.


AGIR POUR PRÉVENIR

Il s’agit de combattre le risque à la source et dans la durée en menant des actions de prévention axées sur l’organisation, les conditions et les relations de travail.
Les techniques de développement personnel, de relaxation ou des formations à la gestion des conflits ne sont bénéfiques qu’à court terme à moins d’être associées à une action de fond. Une gestion individuelle du stress ne peut remplacer une démarche de prévention collective.

VOS DROITS

Bien qu’il n’existe pas en France de réglementation spécifique à la prévention du stress au travail, il incombe à l’employeur :

  • d’évaluer les risques professionnels au sein de l’entreprise, y compris les risques psychosociaux (directive cadre européenne 89/391)
  • de garantir la sécurité et la santé physique et mentale de ses salariés et de mettre en oeuvre les principes généraux de prévention des risques professionnels (art. L230-2 du Code du travail). L’employeur se doit notamment de combattre le risque à la source, d’adapter le travail à l’homme et de planifier la prévention.

Au-delà de ces dispositions générales, la prévention du stress peut également s’appuyer sur des règlementations particulières comme :

  • la prévention des risques dus au bruit (art. R.232-8 et suivants)
  • les dispositions réglementaires relatives à certains modes d’organisation du travail : le travail de nuit (art.L.213-1 à L.213-10 et R.213-1 à R.213-3), le travail en équipe de suppléance (art.L.221-5-1), le travail posté (art. L.231-3-3 et R.212-3).
  • l’accord cadre européen sur le stress au travail du 8 octobre 2004 attire l’attention sur les risques liés au stress et sur les mesures susceptibles d’être mises en oeuvre pour prévenir ou gérer ces risques. Il permet de considérer le stress comme une préoccupation des employeurs et des salariés.

 

LA CFTC MILITE ET AGIT POUR :

  • Une politique de prévention collective du stress professionnel afin de combattre le risque à la source
  • Un accompagnement personnalisé (écoute, soutien…) des salariés stressés.
  • Une reconnaissance des maladies professionnelles liées au stress.
  • La prise en compte dans le document unique d’évaluation des risques des facteurs de stress dans l’établissement.
  • Sensibiliser les entreprises aux outils de prévention du stress.
  • Une organisation du travail permettant de combattre le stress professionnel.

 

POUR EN SAVOIR PLUS

INTERNET

 

  • Le délégué syndical ou le représentant CFTC de votre administration
  • Le comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT)
  • Le médecin du travail et les psychologues du travail
  • La Caisse régionale d’Assurance maladie (Cram), l’Agence régionale pour l’amélioration des conditions de travail (Aract)
  • Les services et consultations des pathologies professionnelles du centre hospitalier le plus proche