Une possible écoute ?…


Chaque agent municipal ne le sait que trop bien, aujourd’hui nos politiques de l’exécutif parisien sont bien plus enclins à se préoccuper des prochaines échéances électorales que de vos conditions de travail.

On ne peut pas être à la recherche de sa place auprès de l’un ou de l’autre poulain présidentiable pour garder son petit confort politique, et être à l’écoute d’agents publics qui souffrent au quotidien, du fait d’un management toxique, une non-reconnaissance, un salaire trop faible pour bien vivre, des problèmes pour se loger convenablement, des restrictions toujours plus dégradantes pour le travail…

La CFTC de la Ville de Paris, dans le cadre de son préavis de grève, a été reçue par la DRH centrale : nous avons bien compris qu’elle est une administration qui fait « le tampon » d’un exécutif soit disant « pragmatique » qui voudrait que tout aille bien, mais qui n’y met aucune volonté pour se faire !

Le constat de la DRH est que la communication passe mal, entre les agents et son administration, entre les organisations syndicales et l’exécutif : c’est peu de le dire…

Nous avons précisé que notre syndicat et parfois l’ensemble des syndicats, pour prendre un terme correct, se font « balader » sur beaucoup de dossiers, où le dialogue social n’a été qu’une parodie théâtrale, voire même un passage en force lorsque nous faisions bloc unanimement !

Nous notons toutefois, qu’en bon « pompier de service » la DRH souhaite renouer le dialogue sur des dossiers importants, comme :

–  la lutte contre le « management toxique »;  
–  le volet Santé & Prévoyance ; 
–  la transparence avec les organisations syndicales ;
–  le volet des primes inégales, des iniquités des rémunérations accessoires ;
–  nos propositions Crit’air, la prime véhicule propre et l’abonnement Autolib’


La CFTC, syndicat de dialogue et de négociation, entend cette proposition d’ouverture de la DRH et ne reconduit pas demain le mouvement de grève et remercie les nombreux agents à avoir suivi le mouvement et ceux qui ne pouvaient le suivre pour des raisons financières ou absolues.

Mais nous resterons plus que vigilants, car nous le disons encore, « Ça suffit » de se faire rouler dans la farine par des politiques qui s’auto-congratulent d’être les meilleurs, avec des pléthores de « Merci » qui ne sont qu’une façade de communication, sans se soucier de votre mal être.

La CFTC Ville de Paris ne lâchera rien, l’exécutif et parfois sa haute administration ont franchi la ligne… On peut expliquer l’inexplicable, mais on ne peut excuser l’inexcusable… La Ville doit corriger le « tir », vous reconnaître et pas seulement par des mots, mais par des efforts financiers, de logements, de transports et de meilleures conditions de travail.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.