UN PEU DE CONSIDÉRATION, QUE DIABLE !


Les 21 et 26 mars derniers, le Centre Sportif Max Rousié était à nouveau le théâtre de séances d’air soft, pratiquées depuis les immeubles qui bordent le terrain de rugby et la piste d’athlétisme qui l’encercle.

LE PARISIEN dans ses éditions des mardi 26 et mercredi 27 mars souligne que des usagers ont été blessés, que l’affaire est prise très au sérieux par le commissariat et les élus de l’arrondissement, que les habitants du quartier sont très inquiets …

Ces évènements s’inscrivent dans la longue série de vols, de dégradations et d’agressions en tous genres que la CFTC avait signalés, l’an dernier, dans son tract « Max Rousié ou la douleur de l’abandon». Ils illustrent bien les conditions anxiogènes dans lesquelles travaillent les collègues de ce centre sportif.

Les représentants des forces de l’ordre, de la Mairie de Paris, de la Mairie d’Arrondissement … s’emploient à rassurer les Parisiens qui vivent dans ce secteur « difficile » pour employer un terme aussi doucereux que les tirs d’air soft, mais qu’en est-il du personnel de ce centre sportif ? Qui s’inquiète de savoir comment ils vont ? Qui vient à leur rencontre pour les écouter, les rassurer, les informer des mesures qui vont être prises pour leur sécurité ? Qui les forme sur l’attitude à adopter dans ce genre de situation ?

Ils ont reçu la consigne, mercredi matin, de fermer le terrain de rugby « jusqu’à nouvel ordre » mais ont appris par le public que celui-ci avait été rouvert ! On n’a même pas jugé utile de les en informer directement !

La CFTC est indignée par le peu de considération qui est portée aux agents de cet établissement, chaque jour confrontés à de multiples violences, et demande qu’un minimum d’écoute et d’accompagnement leur soit accordé.

La CFTC estime qu’il est indispensable de prévoir une présence renforcée de la DPSP, particulièrement entre 18 et 23h et demande que les agents de Max Rousié soient, au minimum, tenus au courant de l’analyse qui aura été tirée de cette situation et des mesures qui seront prises, et à quelle échéance, pour renforcer leur sécurité.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.