Transports


Avion

A quoi pouvez-vous prétendre si vous subissez un retard ou une annulation de vol ?

D’après le règlement européen, en cas de retard ou d’annulation de vol, les passagers peuvent prétendre jusqu’à 600 € d’indemnisation par personne, et peuvent déposer une réclamation pour tout vol pris dans les cinq dernières années.

Le montant de l’indemnisation est calculé en fonction de la distance du vol, et non pas du prix du billet. Cette indemnité couvre tous les vols avec départ depuis l’UE OU arrivée et siège de la compagnie aérienne au sein de l’UE.

Les montants sont calculés comme suit :

  • moins de 1500 km : 250€
  • entre 1500 et 3500 km : 400€
  • plus de 3500 km : 600€

La difficulté principale est de faire reconnaître le préjudice par les compagnies aériennes. En effet, celles-ci ont souvent tendance à ignorer les réclamations des passagers, refusent de payer en prétextant des « circonstances extraordinaires », ou prolongent la durée de l’obtention de l’indemnisation.

A noter : faire toujours votre réclamation en recommandé avec AR.

L’indemnisation n’est pas due dans 3 cas :

  • si les passagers sont informés deux semaines avant l’heure du départ
  • en cas de délai inférieur, si une place leur est offerte sur un autre vol à une heure proche de l’horaire initialement prévu (au départ et à l’arrivée)
  • en cas de circonstances extraordinaires (conditions météorologiques, risques liés à la sécurité, grève, …)

Refus d’embarquement

En cas de refus d’embarquement, dans le cadre de surbooking notamment, les compagnies aériennes doivent trouver des volontaires qui « acceptent de renoncer à leur réservation en échange de certaines prestations, suivant des modalités à convenir entre les passagers concernés et le transporteur aérien ».

Si vous êtes ré-acheminés contre votre gré, vous avez le droit à une indemnisation comprise entre 250€ et 600€ en fonction de la distance du vol et des retards subis suite à ce réacheminement. La compagnie doit également fournir rafraîchissements, restauration, téléphone, nuit d’hôtel, transport depuis l’aéroport jusqu’au lieu d’hébergement si nécessaire.

Problèmes avec vos bagages

Dans le cas d’une perte, de retard d’acheminement ou de dommages causés à vos bagages, une indemnisation maximale de 1 330€ peut être versée. Certaines règles sont à respecter pour bénéficier de cette compensation :

  • pour des dommages, la réclamation doit être faite dans les sept jours de la réception du bagage
  • pour une réception tardive, la réclamation est à effectuer dans les 21 jours maximum. Si vous avez dû acheter des produits de première nécessité (produits d’hygiène, sous-vêtements, …), vous pouvez également en demander le remboursement à la compagnie en présentant les factures correspondantes
  • pour une perte de bagage, vous devez d’abord effectuer réclamation pour le un retard d’acheminement dans un délai de 21 jours. A l’issue de cette période, le bagage est considéré comme perdu et des indemnisations spécifiques sont prévues.

Train

En cas de retard de train, comment obtenir un dédommagement ?

Dès que votre train a plus de 30 minutes de retard à l’arrivée, quel que soit le motif, la SNCF vous propose une compensation.

La « G30 » (pour Garantie 30 minutes) s’applique sur tous les trains Grandes Lignes de la SNCF (TGV et Intercités). Elle ne s’applique pas sur les TER.

Durée du retardMontant compensé (*)Mode de compensation
30 mn ≥ Retard > 1 heure25%En bon voyage
1h ≥ Retard > 2 heures25%En bon voyage ou en euros
2h ≥ Retard > 3 heures50%En bon voyage ou en euros
Retard ≥ 3 heures > 3 heures75%En bon voyage ou en euros

Pour obtenir votre compensation, il vous suffit d’entrer votre référence de dossier et votre nom sur le site dédié.

Vous recevrez ensuite, en quelques jours et par e-mail, un Bon Voyage dématérialisé. C’est un code à 9 caractères commençant par « GP ». Vous pouvez utiliser ce code sur notre site, si votre recherche ne comporte qu’un seul passager.

Comment se passe la demande de compensation ?

Rendez-vous sur http://g30.sncf.com après l’arrivée de votre train. Entrez votre référence de dossier (six lettres), cliquez sur Valider, puis indiquez votre nom de famille (celui avec lequel vous avez acheté le billet), et validez à nouveau. Le site vous indiquera si votre train est éligible, et affichera le retard en question.

Problème de bagages

La SNCF n’est pas responsable des bagages que vous emportez à bord, la surveillance de ceux-ci restent à votre charge et elle ne pourrait être tenue pour responsable dans le cas d’une perte ou d’un vol. Seule exception, si vous avez fait appel au service « Bagages à domicile », votre bagage est donc enregistré, et la responsabilité de la compagnie est engagée. En cas de perte du bagage, l’indemnisation peut aller jusqu’à 500€.

Sources: https://aide.trainline.fr et http://www.kelbillet.com


Voiture : louer à l’étranger

Vous souhaitez louer une voiture pour vos prochaines vacances à l’étranger ? Attention, dans certains cas, votre permis de conduire français peut ne pas suffire.

En Europe

Vous n’aurez pas besoin d’effectuer de démarches particulières pour voyager en Europe avec votre voiture ou en louer une. Sachez toutefois qu’un certificat provisoire de votre permis de conduire ne sera pas suffisant. Par exemple, ne sont pas valables :
• un certificat d’examen du permis de conduire (CEPC),
• ou avec un récépissé de déclaration de perte ou de vol de votre permis.

Hors Europe

En dehors des frontières européennes, dans la très grande majorité des cas, vous devrez disposer d’un permis de conduire international. Ce dernier est, par exemple, indispensable dans certains pays comme la Thaïlande, l’Inde et la Russie. Pour en faire la demande, vous devrez vous adresser avant votre départ à la préfecture ou la sous-préfecture (ou au bureau des permis de conduire de la préfecture de police, si vous habitez Paris). L’obtention du permis international est gratuite et ce dernier est valable pendant trois ans (moins si votre permis français expire avant) et renouvelable.
Notez que certains pays ne reconnaissent pas le permis international, puisqu’ils n’ont pas signé d’accord de réciprocité. La seule solution serait alors d’échanger son permis français contre son équivalent local. En Chine, par exemple, il faudra passer un test de connaissances du Code de la route. Pour connaître les règles qui s’appliquent au pays dans lequel vous voyagez, vous pouvez consulter le site du ministère des Affaires étrangères.

Aux États-Unis

Vous pouvez rouler sur le territoire américain avec votre permis de conduire français durant les trois premiers mois de votre séjour. Si vous êtes titulaire d’un permis international, le délai passe à un an, sous réservez que votre voyage soit bien un voyage touristisque.
Les conditions sont toutefois plus strictes concernant les âges requis :
• Vous devez avoir au moins 21 ans pour conduire.
• Généralement, les agences de location de voiture exigent que les clients soient âgés d’au moins 25 ans.
• Pour que votre permis de conduire soit valable aux États-Unis, il faut que vous l’ayez obtenu depuis plus d’un an.
• Sachez que les mêmes règles s’appliquent pour le Canada.

Code de la route

Le Code de la route n’est pas le même dans chaque pays du monde.
Voici quelques exemples :
• En Suède, en Finlande, au Danemark, en Estonie, en Lettonie, en Lituanie et en Hongrie, il est obligatoire d’allumer ses feux de croisement, même en journée.
• En Angleterre, à Malte, en Thaïlande, en Afrique du Sud, en Australie, en Nouvelle-Zélande, en Indonésie, en Inde, au Pakistan, en Malaisie, au Japon, à Hong Kong et dans bien d’autres pays, n’oubliez pas de rouler à gauche.
• Au Danemark, il est obligatoire de vérifier que rien ni personne ne soit en dessous de sa voiture. Vous devrez vous baisser pour regarder sous le véhicule avant de démarrer, sous peine d’une amende.
• En Afrique du Sud, un feu vert ne signifie pas que vous avez la priorité. Il sert d’indication et il faudra vérifier en regardant à droite et à gauche que la voie est libre avant de traverser un carrefour.