SE MÉFIER DES MORCEAUX CHOISIS


Le journal « Le Parisien » a publié récemment un article sur l’absentéisme affichant un taux d’absences dans le privé s’élevant à 33 %, alors que la fonction publique serait touchée à hauteur de 44 %. Le tout est illustré par une photo anonymisée de trois éboueurs de la Ville de Paris, alors même que dans cet article il n’est jamais fait allusion à ce corps de métier.

Il est évident que ce rédactionnel associe de façon subliminale l’image des éboueurs de la Ville de Paris à des fraudeurs, tricheurs, menteurs et donc voleurs.

Si tant est que les chiffres annoncés soient réels, ce dont la CFTC est loin d’être certaine, il conviendrait avant tout de s’interroger sur la cause de cet absentéisme.

La CFTC ne cesse d’alerter sur les conditions de travail des personnels : accidents de service, augmentation de la charge liée aux réductions d’effectifs, non remplacement des départs en retraite, non reconnaissance, promotions au compte-goutte.

Il conviendrait également de souligner que la Ville de Paris, afin d’augmenter la surface de vie extérieure des usagers a engagé un bon nombre de travaux à Paris. La multiplication des espaces où le public peut se rassembler, pique-niquer comme les berges de Seine fermées à la circulation automobile, l’augmentation de la surface des places de la République et de la Bastille, l’ouverture de certains jardins 24/24h, l’installation de mobiliers urbains toujours plus nombreux (stations vélo, modules Trilib’…) a complexifié l’exercice de nettoiement. L’entretien de l’espace public reste malheureusement réalisé à effectifs constants.

Demain, la Ville va augmenter le nombre de manifestations et de grands évènements sur l’espace public parisien (championnat de rugby, JO…). La CFTC s’inquiète donc des conditions de travail à venir des éboueurs qui ne vont certainement pas aller en s’améliorant.

Il serait temps de corréler l’absentéisme avec le bien-être au travail. La CFTC demande à la Ville de Paris de mettre tout en œuvre pour améliorer ce dernier. La CFTC estime que la Maire de Paris devrait défendre le personnel des services de propreté, valoriser leur engagement sans faille au service des parisiens lorsqu’il est mis en cause avec mauvaise foi.

La CFTC demande à la Maire de Paris de promotionner le professionnalisme de ces agents auprès des medias, comme elle l’a déjà fait auprès du public dans les campagnes successives « Paris leur dit merci ».

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.