« Santé au Travail » à la Ville ? 2


Les questions de santé au travail sont délaissées par nos élus, plus enclins à se préoccuper de la politique nationale et de leur futur « fauteuil » confortable !

Ceux qui souhaitent que l’on travaille plus, comme ceux qui anticipent une baisse du volume d’emplois, oublient la question essentielle : comment travailler mieux ?

Des études récentes sur les risques psychosociaux démontrent que les problèmes de conditions de travail ne sont pas « au cœur des débats politiques ».

Absentéisme, burn-out, mises au placard, multiplication des pathologies professionnelles, mal-être, désengagement, management toxique, harcèlement moral et sexuel, manque de reconnaissance, humiliations ou agressions quotidiennes …

LES CAUSES : le manque de confiance de la haute hiérarchie sous pression politique, des organisations de travail trop souvent basées sur la défiance, du management exclusivement consacré au contrôle ainsi qu’au rendement, et la juxtaposition des consignes données individuellement par des élus et des hauts fonctionnaires négligeant les effets de la coordination et de la coopération.

Des préoccupations qui devraient-être majeures pour la Ville et sa haute administration ! Toutefois comme la crise de l’emploi prospère, on fait comprendre à demi-mots aux agents municipaux, qu’ils sont des nantis devant se contenter de leur sort.

Pour la CFTC, nous pensons qu’il est temps de repenser les relations de travail en les basant sur la confiance. « La confiance » serait-elle un gros mot pour nos dirigeants ?

N’est-il pas temps d’organiser le travail sans défiance, AVEC et non contre les agents et les partenaires sociaux, afin de donner des leviers significatifs pour améliorer «l’efficacité de nos services publics», leitmotiv et priorité municipale !


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

2 commentaires sur “« Santé au Travail » à la Ville ?