Nous demandons le rétablissement des critères de vulnérabilité au Covid-19


Rétablissement des critères de vulnérabilité face au Covid-19
 

Le juge des référés du Conseil d’État a prononcé la suspension des articles du décret du 29 août 2020 relatifs aux critères de vulnérabilité au COVID-19.

Dès lors, en l’absence d’une nouvelle décision du Premier ministre, les critères retenus par le précédent décret du 5 mai 2020 s’appliquent à nouveau.

À savoir, les onze critères suivants* :

. être au troisième trimestre de la grossesse ;

· être âgé de 65 ans et plus ;

· antécédents cardiovasculaires ;

· diabète non équilibré ou présentant des complications;

· pathologie chronique respiratoire susceptible de décompenser lors d’une infection virale ;

· insuffisance rénale chronique dialysée ;

· cancer évolutif sous traitement (hors hormonothérapie) ;

· obésité avec IMC > 30 ;

· immunodépression congénitale ou acquise ;

· cirrhose au stade B ;

· syndrome drépanocytaire majeur ou ayant un antécédent de splénectomie.

Le juge des référés estime que le choix des pathologies conservées par le Gouvernement n’est pas cohérent avec l’évolution de la crise sanitaire.

Entre les salariés eux-mêmes vulnérables et ceux cohabitant avec une personne vulnérable, l’administration doit tenir compte de la situation et éclaircir sa position.

Il existe un risque direct pour les uns, indirect pour les autres, du fait de l’exposition des salariés dans l’exercice de leurs fonctions.

La CFTC sollicite des directives claires de la Mairie de Paris pour la protection des agents concernés.

La CFTC toujours mobilisée pour les agents et leurs familles

* Détail des pathologies dans le décret 2020-521 du 5 mai 2020

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.