REPOS COMPENSATEUR OU « RÉTENTION DE SALAIRE »


La Ville de Paris semble passée maître dans l’art de la réduction des dépenses publiques en privant les agents de leur droit à rémunération.
La DPE pourrait être considérée comme le « fer de lance » de cette appropriation du bien d’autrui. En effet, c’est dans cette direction que le principe est le plus visible.

Si les mots employés sont un peu forts et quelque peu exagérés, il n’en découle pas moins qu’ils décrivent le sentiment désagréable, ressenti par les agents, d’être fortement lésés, spoliés.

Depuis presque un demi-siècle, la Ville de Paris a créé le système du Repos compensateur à la DPE. Au lieu de payer certaines heures supplémentaires aux agents (ce qui permet à la Ville de moins dépenser d’argent) on les rétribue en « temps ». Temps que l’on enregistre et amasse sur « un compte » à la disposition de l’agent.

Le souci aujourd’hui ? Le manque de personnel ne permet plus d’accomplir toutes les tâches de la propreté. Lorsqu’un agent désire récupérer son temps, on le lui refuse de plus en plus systématiquement, pour des raisons diverses et variées : pas assez de personnel, tes collègues sont en congé, malades, absents etc…, il y a les nécessités de service, il y a un préavis de grève etc, etc…

D’ailleurs, le plus amusant quand un préavis de grève court, on refuse la pose des repos compensateurs à l’agent. En revanche, s’il a vraiment besoin de s’absenter, on peut le décompter comme gréviste. Dans les deux cas, il n’est pas là et le travail ne sera pas plus fait pour autant, et l’agent sera gréviste malgré lui.

« À qui profite le crime ? »

Toute rémunération est assujettie à un « service fait » de l’agent. Ici, la Ville de Paris ne remplit pas le contrat en ne laissant pas les agents prendre leur temps cumulé. Le travail réalisé en heures supplémentaires doit être compensé s’il n’est pas rémunéré.

Jusqu’où la Ville de Paris est-elle prête à aller pour demander toujours plus aux agents tout en ne respectant pas le travail accompli ? L’engagement des agents dans le service public a ses limites. Très rapidement, ce sujet devra être règlé au titre de l’équité entre travail et rémunération.

La Ville de Paris serait-elle en passe de se comporter comme la seule banque où tu as de l’argent sur ton compte que tu ne peux pas utiliser quand tu en as besoin ?

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.