NE PAS METTRE TOUS LES VŒUX DANS LE MÊME PANIER


Monsieur Olivier FRAISSEIX, directeur de la DPE, dans le DPE infos de janvier 2018 nous souhaite une belle année 2018. Conscient de notre qualité et de nos efforts, il nous assure de son soutien infaillible. La maire de Paris, de son côté, nous assure, dans le rapport d’activité 2016, qu’on peut compter sur son indéfectible engagement.

Au titre de ces soutiens des centaines de places de parking sont promises pour les agents qui débutent à 6 h du matin. C’est bien gentil, merci ! Nous prenons acte de cet engagement mais nous ne partageons évidemment pas cet enthousiasme.

La CFTC rappellera, mais est-ce vraiment nécessaire, que 77 % des effectifs de la DPE, soit 5 731 agents, habitent hors Paris (*), Paris étant un luxe réservé aux riches, même les logements proposés aux agents de la Ville sont éloignés.

Les agents doivent malgré tout, comme le rappelle monsieur le directeur, débuter le travail à 6h donc pour beaucoup d’entre eux, ils utilisent leur voiture pour être à l’heure. Mais là où monsieur le directeur se trompe, les places de parking ne sont offertes qu’aux agents des ateliers spéciaux qui, eux, commencent à 5h30.

Et si c’était tout ! Le directeur et la maire de Paris ignorent-ils le problème des transports en commun qui ne fonctionnent pas parce que les conducteurs sont en grève mais aussi parce qu’il y a des pannes mécaniques, électriques, des gares non desservies, des personnes sur les voies, des accidents de voyageurs, des signaux d’alarme tirés avec ou sans bonne raison … Savent-ils combien d’agents doivent, « à l’arrache », aller chercher leur voiture ces jours-là pour pouvoir couvrir la distance et tenir leurs horaires ?

De 35 à 50 euros pour le stationnement toutes les deux heures, selon les arrondissements, la CFTC mesure combien coûtera une journée de travail aux agents qui auront fait l’effort de venir en voiture pour pouvoir prendre leurs fonctions malgré toutes les difficultés rencontrées.

C’est encore le petit personnel qui va souffrir comme d’habitude !

Voyez-vous monsieur le directeur, ce n’est pas le mot centaine mais le mot millier qu’il faut employer. Vous venez d’arriver, la CFTC peut à ce titre vous excuser mais il faut que vous sachiez que pour plusieurs milliers d’agents, venir travailler risque de leur coûter entre 140 et 200 euros par jour en stationnement, merci pour le soutien infaillible !

Ce qui est sûr à nos yeux, c’est que la municipalité, en attribuant le recouvrement du stationnement au privé va engranger de l’argent sur le dos des agents, entre autre. Et nous ne parlons que pour ceux qui débutent à 6h, ceux qui travaillent l’après-midi on les oublie, on ne s’inquiète pas de savoir s’ils ont un moyen de transport, ils n’avaient qu’à pas habiter si loin…. Et les week-ends, le dimanche surtout, ils vont faire comment ?

Franchement, y’a pas à dire, on ne vit pas dans le même panier, c’est sûr !

LA CFTC RÉCLAME DES PLACES DE STATIONNEMENT EN NOMBRE SUFFISANT POUR TOUS LES AGENTS !

(*) Source bilan social 2016 de la Commune et du Département de Paris

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.