LES RAISONS D’UNE MOBILISATION


Le vendredi 14 Avril nous avons été reçus, comme l’ensemble des syndicats, afin de faire part à l’exécutif de nos doléances et revendications concernant le libre retour sur férié remis en cause dernièrement.

Le « gros » de nos différences portait déjà :

– sur la rupture d’accords passés dont l’accord RTT, qui méfions-nous, pourrait se « transformer » à notre désavantage bien évidemment.

Et ensuite :

– sur la perte financière et la possibilité de capitaliser du RC car les retours/repos dépendant d’un besoin ne correspondront pas forcément avec le roulement des agents n’ayant pas été retenus.

– sur la possibilité de chacun à pouvoir conjuguer sa vie professionnelle et sa vie de famille, les jours fériés étant fixes, chacun peut donc, en fonction de ses impératifs personnels, choisir de travailler ou non un certain nombre ou la totalité des fériés inscrits dans son roulement.

– sur le combat récurent qui consiste à faire reconnaître qu’un agent en poste aménagé n’est pas un fainéant mais que les exemptions qu’il subit sont dues au travail pénible qu’il exécute quotidiennement. Fin à cette discrimination qu’elle soit directe ou indirecte ! Cet agent a les mêmes droits que ses collègues « valides » d’effectuer des fériés, des heures sup et des R/R.

– sur ce manque de volonté de la direction de prendre ses responsabilités vis-à-vis des agents qu’elle considère elle-même comme tricheurs en transférant à nos collègues TSO le choix de les désigner, pas bien joli comme comportement !

Et enfin, sans aller plus loin dans le détail:

– sur cette volonté d’instaurer le « service minimum » en commençant par les jours fériés pour ensuite s’attaquer aux dimanches, etc…

Si l’ensemble des OS s’est mobilisé et ainsi obtenu le retrait, POUR L’INSTANT, nous devons rester mobilisés car en vérité la Ville n’a fait que suspendre cette mesure, elle ne l’a pas abrogée. Cela signifie que de nouvelles réunions vont se tenir afin de mieux nous expliquer la teneur du projet. A croire que nous sommes « débiles et n’avons rien compris », enfin ceux qui étaient invités.

La CFTC a demandé à participer à ces réunions ne serait-ce qu’en position de témoin, d’observateur, afin de pouvoir vous tenir informés.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.