La CFTC tire la sonnette d’alarme à la DASCO !


1/ Les conditions de travail des responsables éducatifs de la Ville de Paris sont inadmissibles.

Pas de bureau ni d’ordinateur attribué et parfois les agents n’ont que le préau pour tout espace de travail !

Il faut traiter le problème en URGENCE.

Ces agents sont épuisés, les arrêts maladies se multiplient. Ils sont au bord « du BURN OUT ».

Quelle solution a trouvé la DASCO pour remédier au problème ? Elle demande aux CASPE de recruter des animateurs ayant le BAFD en catégorie C pour faire office de REV, mais bien-sûr sans le statut ni le salaire des agents de catégorie B.

2/ Les sanctions disciplinaires du 1er groupe augmentent par excès de zèle managérial et par facilité.

La CFTC réaffirme qu’un encadrant qui propose une sanction à l’encontre d’un agent reconnait en quelque sorte son propre échec en tant que manager.

Toute sanction doit être étayée par des faits, ce qui est rarement le cas !

La CFTC insiste pour que les agents prennent l’habitude de se faire assister par leur syndicat tant pour consulter leur dossier que pour les entretiens disciplinaires.

3/ La CFTC demande le recadrage très strict des demandes de suspension à titre conservatoire des agents sur dénonciation ou signalement.

La sécurité des enfants doit prévaloir en appliquant le principe de précaution. La CFTC rappelle le principe fondamental de la présomption d’innocence et le droit à la protection fonctionnelle pour les agents.

Tous les agents de la DASCO, à tous les niveaux, font un travail formidable au service des Parisiens !

Ils méritent considération et attention de la Ville de Paris.

La CFTC le syndicat constructif au service des agents, de tous les agents !

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.