La CFTC reçue par l’adjoint en charge des espaces verts


Nos questions au nouvel adjoint

Le 16 septembre, la CFTC a été reçue par Christophe NAJDOVSKI, adjoint à la Maire de Paris en charge de la végétalisation de l’espace public, des espaces verts, de la biodiversité et de la condition animale.

Au titre des espaces verts, il présidera les Comités techniques (CT) et CHSCT de la DEVE. Il sera donc un de nos principaux interlocuteurs.

Lors de cette audience, la CFTC a fait part de ses préoccupations sur les quatre sujets suivants :

. La diminution des effectifs réels : 140 agents titulaires en moins au 31 décembre 2019 par rapport au 31 décembre 2018 : – 47 jardiniers, – 31 ATEE, – 19 bûcherons-élagueurs, – 10 fossoyeurs…

Pourquoi ces baisses alors que le travail ne manque pas voire augmente et que la moyenne d’âge de la Direction reste élevée : 46,8 ans ? Ainsi dans les cimetières, depuis le 0 phyto, les ATEE ont deux à trois fois plus de travail pour tout faire à la main. Les postes inscrits au budget sont-ils tous pourvus ?

Que fait la DEVE pour résoudre les difficultés de recrutement ? La CFTC attend des réponses au prochain CT.

. les conditions de travail : la CFTC alerte sur la dotation habillement à venir essentielle pour les agents face aux intempéries de l’automne et de l‘hiver.

La CFTC attend également que soit poursuivie notre demande d’accès conventionné au restaurant de la Garde Républicaine pour les agents de la DEVE du Bois de Vincennes (Parc Floral, labos, SPL…).

La CFTC a aussi rappelé l’importance de poursuivre les travaux sur les locaux sociaux en augmentant les budgets pour les grosses rénovations, en procédant aux petites réparations attendues (radiateurs, chaudières, vestiaires…), et en veillant à ce que les panneaux d’affichage syndicaux soient en bon état.

. les nuisances dans les espaces verts : les incivilités obligent à passer beaucoup de temps sur certains espaces verts pour nettoyer.

La CFTC demande que la DEVE se coordonne mieux avec la DPSP pour le ciblage des interventions et leur effectivité (verbalisations…) et que soient reconsidérées certaines nocturnes qui multiplient les déchets, les tessons de bouteilles voire des dégâts matériels.

. la reconnaissance au travail : la CFTC s’étonne du faible nombre d’agents (61) qui ont bénéficié de la prime d’investissement.

De nombreux agents méritaient cette prime. Les aurait-on oubliés pour des raisons budgétaires ? Un plafond avait-il été fixé par la DFA ? Les agents des services supports, de façon générale, méritent plus de reconnaissance.

Pour un dialogue social constructif qui débouche sur des actions et des résultats concrets

La CFTC vigilante et à vos côtés

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.