La CFTC a boycotté le CT du 29/06/2018 s’opposant au passage en force de la direction


1) le projet de délibération des horaires de l’unité d’appui présenté au Comité Technique :

Lors du CT du 5 Avril 2018, les élus CFTC, avaient fait part de leur désaccord concernant la deuxième partie du projet de modification du cycle horaire de l’unité d’appui (UA).

Pour rappel, les organisations syndicales approuvent la première partie soit l’uniformisation du cycle horaire sur huit heures par jour toute l’année mais s’opposent à la deuxième partie, les jours de régulations imposés par l’administration.

En effet le cycle actuel (en pièce jointe) permet de générer 25 JRTT + 8 jours de récupération + 12 jours de récupération du crédit d’heures soit : 45 jours.

La proposition de la direction est d’intégrer 2 jours de régulation imposés dans le cycle de travail sur 4 semaines soit : 17 jours (26 générés par le cycle en 2018 dont 9 remplacés par la récupération des jours fériés).

Résultat :
42 jours (25 JRTT+ 17 régulations). Les agents vont pourtant travailler 4 350 minutes de plus (145 jours sur une base de 8h donc x 30 mn) pour un bénéfice de moins 3jours ! Cherchez l’erreur !

Sans la régulation et sur une base de 8 heures toute l’année, les agents génèrent 25 JRTT + 8 de récupération + 18 jours de récupération de crédit d’heures soit : 51 jours !

Cette perte de 9 jours a un double impact
: elle est discriminante provoquant une rupture d’égalité vis à vis des autres agents de la DPSP. La même chose pour les régulations imposées Elle engendre aussi une pénibilité supplémentaire.

La CFTC rappelle que le rythme en cycles est plus contraignant, plus éprouvant en termes de conciliation entre vie professionnelle et vie familiale mais aussi d’impact sur la santé.

http://www.inrs.fr/risques/travail-de-nuit-et-travail-poste/effets-sur-la-sante-et-accidents.html

En conséquence, la CFTC demande uniquement la validation de la première partie de ce projet (cycle de 8 heures jour toute l’année). Une simplification et une clarification s’imposent.

2) Point hors CT DPSP, application du protocole d’accord cadre ARTT non respecté au sein de la direction.

La CFTC demande, pour l’ensemble du personnel de la DPSP ayant un temps journalier de travail de 8 heures, l’application du protocole ARTT concernant les journées de formation et le temps syndical qui doivent dans le texte se substituer à une journée de travail.

Elles doivent générer les mêmes RTT
. Nous constatons que dans cette direction ce n’est pas le cas pour tous les agents.

À la Ville de Paris, la CFTC ne peut laisser s’installer une rupture d’égalité de traitement concernant le temps de travail entre les agents.

*NB, projet de délibération présenté au CT.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.