« Inhumations le dimanche » Non !


Et dimanche prochain ? L’ouverture des mairies ? des crèches ? des centres de loisirs ? des services administratifs ?

La CFTC réaffirme que le repos du dimanche constitue un pilier fondamental de l’équilibre des personnes et de notre société !

Le dimanche est une conquête sociale.
La CFTC s’oppose fermement à la remise en cause d’une conquête sociale inscrite au Code du Travail depuis la loi de 1906 : « Dans l’intérêt des salariés, le repos hebdomadaire est donné le dimanche » (article L 3132-3).

Le dimanche permet de disposer d’un temps de repos commun au plus grand nombre.

Dans toute société, les personnes doivent pouvoir avoir des temps de repos et de détente nécessaires aux besoins familiaux, culturels ou interpersonnels tels que les manifestations sportives ou associatives. Cette capacité est donnée par le choix d’un jour commun, le dimanche, qui permet au plus grand nombre de personnes de se réunir dans leur cadre privé.

Le travail du dimanche doit rester une exception car il est souvent porteur de nombreuses contraintes pour ceux qui le vivent.
Le travail du dimanche peut aggraver les situations familiales parfois difficiles que peuvent vivre certains agents. Il peut compliquer la vie de celles et ceux qui veulent pleinement profiter de leur week-end, de leurs enfants (familles, gardes alternées …) ou de proches dépendants (parents âgés …). La disponibilité des transports n’est pas aussi grande qu’en semaine surtout pour les agents vivant loin (plus de 60 % des effectifs municipaux). La rémunération du dimanche ne compense pas le temps de récupération physique perdu, et pour les familles, le coût des gardes engendrées par ces absences.

Le repos du dimanche est un enjeu de société.
Toute entorse à ce repos fragilise à terme la cohésion sociale.

La CFTC réaffirme son opposition à toute forme de généralisation ou d’extension abusive que ce soit pour répondre à des considérations économiques ou à des demandes qui ne vont pas dans le sens du bien commun. Plus on touchera au dimanche, plus on fragilisera la position des agents qui ne sont pas encore concernés. L’exception pourrait devenir la norme. Toute banalisation pourrait se répercuter sur d’autres activités. Derrière la question du travail du dimanche, se joue une partie de l’équilibre de nos vies pour chacune et chacun d’entre nous et nos familles.

Non à la banalisation du travail le dimanche !

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.