Budget


Vendre dans les vide-greniers, brocantes…

La saison des vide-greniers et des brocantes est arrivée et vous souhaitez revendre vos objets inutiles. Avant de vous lancer, certaines règles sont à respecter.

Ne pas confondre brocantes et vide-greniers

Brocantes vide-greniers sont souvent associés mais ils sont pourtant à différencier.

La brocante est réservée aux professionnels, c’est-à-dire, aux commerçants inscrits au registre du commerce. Vous ne pourrez pas y participer en tant que particulier.

Le vide-grenier est un évènement rassemblant des particuliers souhaitant revendre des objets qui ne leur servent plus et tout le monde peut y participer.

Du côté de la loi

Un vide-grenier reste un acte de commerce soumis au régime des ventes au déballage (article L 310-2 du Code de commerce). Sont considérées comme ventes au déballage les ventes de marchandises effectuées dans des locaux ou sur des emplacements non destinés à la vente au public.

Il vous suffira de vous inscrire auprès de la mairie ou des associations de votre quartier pour y participer au moins 15 jours avant le début de la vente. Si vous participez à un vide-grenier sans faire de déclaration au préalable à la mairie, vous risquez une amende allant de 15 000 € à 75 000 €.

En tant que particulier et non-inscrit au registre du commerce et des sociétés, vous ne serez autorisé à participer aux ventes au déballage que deux fois par an.

En outre, vous ne devrez vendre aucun produit neuf, les objets mis en vente doivent être des objets personnels et usagés.

Les recettes issues d’une vente de biens d’occasion par des particuliers sont exonérées d’impôts.

Que peut-on vendre ou ne pas vendre ?

En principe, tout se vend sur un vide-grenier. Enfin presque. Il est préférable, par simple respect pour les acheteurs potentiels, de ne pas mettre en vente du matériel électrique dont on ne peut garantir à 100 % son bon fonctionnement ou des vêtements troués ou trop usagés.

Par contre, les vêtements, DVD, jouets, ustensiles de cuisine… partent généralement bien dans les vides-greniers. Il vaut mieux ne pas vendre à bas prix des objets qui peuvent avoir de la valeur car les acheteurs n’hésiteront pas à négocier. Evaluez la valeur de vos objets en allant faire un tour sur les plate-formes internet de revente.


Depuis le 15 juin 2017, téléphoner en Europe coûte le même prix qu’en France

Exit le casse-tête à propos du coût de vos appels et SMS passés à un proche resté en France lorsque vous voyagez en Europe.

Désormais, quand vous serez en voyage dans l’un des pays de l’Union Européenne (Suisse et Andorre font partie de la zone gratuite), vous pourrez utiliser votre forfait de téléphone comme si vous étiez en France : ″utilisez votre téléphone à l’étranger comme si vous étiez à la maison″.

SMS et appels

Si votre forfait téléphonique vous permet d’appeler et d’envoyer des textos en illimité, vous pourrez de la même façon appeler et envoyer des SMS en illimité à vos contacts restés en France si vous voyagez dans un pays de l’Union Européenne. Si par exemple, vous ne disposez que d’un forfait de deux heures d’appels et que vous téléphonez pendant 30 minutes : ces 30 minutes seront décomptées de votre forfait mensuel.

Attention, l’inverse n’est pas forcément vrai : si un de vos proches se rend dans un pays étranger et que c’est vous qui l’appelez depuis la France, vous paierez un surcoût sauf si vous disposez d’un forfait de type « international ».

Internet

Aujourd’hui, la majorité des forfaits s’accompagnent d’une certaine quantité de données qui vous permettent d’aller sur Internet avec votre téléphone et d’utiliser bon nombre d’applications qui requièrent une connexion.

Là, en revanche, les opérateurs télécoms ont obtenu du Parlement Européen de pouvoir restreindre l’utilisation de données lorsque vous êtes à l’étranger. La loi sur les impose tout de même un quota minimum qui est défini selon le tarif mensuel de votre forfait, hors promotions et éventuelles réductions (type combiné box internet + forfait mobile) :

  • Si vous payez 10 € par mois : vous aurez le droit à un minimum de 2 Go de données.
  • 15 € : 3 Go.
  • 20 € : 4 Go.
  • 25 € : 5 Go.
  • 30 € : 6 Go.
  • 40 € : 8 Go.
  • 60 € : 12 Go.
  • 80 € : 16 Go.
  • 100 € : 20 Go.

Il s’agit de seuils minimaux et certains opérateurs peuvent proposer des offres plus avantageuses. Renseignez-vous auprès de votre opérateur.


Payer sur Internet en toute sécurité

Faire ses achats en ligne est une pratique de plus en plus courante mais comment faire son shopping sur Internet en toute tranquillité ?

Adoptez les bons réflexes en ligne

La première des règles lors d’un achat sur Internet est de bien connaître le site marchand sur lequel vous vous trouvez, que ce soit par sa renommée ou en lisant attentivement les mentions légales et les conditions de vente du site.
Le deuxième bon réflexe est ensuite de bien vérifier que vous vous apprêtez à régler votre achat sur une page dite « sécurisée ». Pour vous en assurer, regardez dans la barre d’adresse du site. Si vous voyez un logo en forme de cadenas et que l’adresse débute par https (et non http), cela signifie que vos données bancaires ne seront pas volées pendant la transaction.
Enfin, ne donnez jamais vos informations bancaires par mail ou par téléphone, même si l’organisme vous paraît certifié. Sachez aussi qu’aucun site ne peut vous demander le code secret de votre carte. Utilisez uniquement les formulaires dédiés sur des pages sécurisées pour renseigner vos coordonnées bancaires.

Comment ne pas communiquer ses informations ?

Vous ne souhaitez pas saisir en ligne vos données bancaires ? Vous pouvez passer par d’autres solutions comme le porte-monnaie électronique « Paylib », Paypal ou autres. La transaction est entièrement sécurisée par la banque qui détient vos informations.
Vous pouvez penser aussi à des cartes prépayées, disponibles dans de nombreux commerces, pour acheter en ligne.