Aujourd’hui à PARIS, c’est : Com’ à « gogo » et pour les agents « zéro » !


Le 30 novembre dernier, la CFTC avait diffusé une newsletter sur une demande de prise en charge de la Ville de Paris de la vignette anti-pollution « CRIT’Air » pour les agents municipaux.

Nous expliquions que les agents publics de la Ville travaillant en horaires décalés, de nuit, en roulement et donc «obligés» de prendre leur véhicule étaient «de facto» impactés par cette mesure.

Lors du COMITÉ TECHNIQUE CENTRAL de Décembre, la CFTC avait interpellé l’adjoint à la Maire sur ce sujet.

Celui-ci nous avait indiqué que la Direction des Ressources Humaines allait « se pencher » sur le dossier et en mesurer l’impact financier.

Depuis le 15 janvier 2017, la vignette « CRIT’Air » est mise en place et nous sommes toujours dans l’attente d’une réponse !

Sur le site Internet PARIS.FR, http://www.paris.fr/stoppollution on y trouve tous les renseignements et aides pour les particuliers et les professionnels, sauf spécifiquement pour les « Agents Publics Parisiens ».

Exit, la possibilité d’une aide spécifique pour les agents municipaux, aide qui pourrait aller bien au-delà des sommes modiques proposées aux particuliers !

Exit, l’abonnement gratuit à AUTOLIB’, qui permettrait à ce service déficitaire et coûteux, une meilleure utilisation !

Exit, une réponse à notre demande du 30 novembre…

Quand il s’agit d’avantages sociaux, la haute administration fait la sourde oreille… Ainsi, pas de réponse aux propositions, pas de solution pour les agents qui se sentent de plus en plus oubliés.

La CFTC réitère donc sa demande de prise en charge de la vignette anti-pollution « CRIT’Air » et de l’abonnement AUTOLIB’ pour les agents municipaux. Il est difficilement concevable que la première municipalité de France ne prenne pas en compte prioritairement les difficultés des agents ayant des horaires atypiques et devant utiliser leur véhicule personnel pour assurer leurs missions. Missions, qui sont, la CFTC le rappelle, des missions de service public !

La Ville de Paris peut et doit mieux faire en matière de politique sociale !

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.