SFACT : audience du 18.09 et suite du mouvement


Audience du 18 septembre

Le vendredi 18 septembre, une audience s’est tenue avec la direction de la DFA, une délégation représentant les agents du SFACT, et les représentants des organisations syndicales, dans le cadre du préavis conjoint CGT/FO/CFTC déposé pour le 22 septembre 2020.

Les agents réunis mardi 15 septembre en réunion d’information syndicale (CGT / FO) avaient voté la grève pour la satisfaction des revendications suivantes :

  • L’obtention de 2 à 3 jours de télé-travail pour les agents qui le souhaitent, comme cela est le cas dans d’autres services de la Ville
  • L’obtention de la prime de 330 € pour tous les agents ayant télé-travaillé pendant le confinement
  • La réparation du système de ventilation permettant le rétablissement de températures acceptables, et la fin des températures supérieures à 33° C
  • La fin de la pression de la hiérarchie, amenant à un agent atteint d’une grave maladie à revenir au travail

» http://cftcvdp.fr/dfa-preavis-de-greve-intersyndical-sfact-mardi-22-septembre/

Compte-rendu CGT FO CFTC de l’audience du 18.09.2020

L’audience a duré une heure et demi.

La direction de la DFA était représentée par :

M. Arnaud Stotzenbach, directeur de la DFA ; M. Vincent Planade, responsable des RH DFA ; M. Jean-Frédéric Berçot, sous-directeur de la comptabilité ; M. Jean-Pierre Esteveny, directeur du SFACT.


– Concernant l’obtention de 2 à 3 jours de télé-travail pour les agents qui le souhaitent, comme cela est le cas dans d’autres services de la Ville

Dans un premier temps la direction de la DFA a annoncé qu’un bilan sur l’organisation du service serait réalisé fin janvier 2021. D’ici là elle ne changeait pas l’organisation concernant le télé-travail.

La délégation a longuement insisté : les agents ont télé-travaillé pendant le confinement, ils ont démontré son efficacité.

Par ailleurs, certains ont 5 heures de transport par jour.

Finalement, la direction a proposé de faire un bilan du télé-travail début octobre, avec la possibilité à ce moment là de changer le nombre de jours de télé-travail : avec possibilité de 2 jours de télé-travail ; et pour raisons médicales, les agents pourraient bénéficier de plus de 3 jours de télé-travail.

– Concernant la prime de 330 € pour tous les agents ayant télé-travaillé pendant le confinement

La direction de la DFA a indiqué que les agents avaient fait leur travail, sans qu’il y ait une « surcharge d’activité ».

Elle a indiqué avoir laissé la possibilité de générer jusqu’à 7h48 jusqu’en avril, contrairement aux autres services de la DFA.

La délégation a insisté sur le travail effectué : les agents se sont mobilisés. Ils ont effectué le travail dans une situation dégradée (un seul écran, petit, matériel personnel, connexion internet moins fiable, ordinateur partagé, augmentation des coûts, utilisation du téléphone personnel par les agents…).

La délégation a insisté sur le fait que 330 €, c’est peut-être pas grand chose pour les salaires de la direction, mais c’est beaucoup pour les agents qui touchent 1700€, pour des agents qui ont fait des efforts, mais qui n’ont aucune contre-partie…

La délégation a demandé si c’était une enveloppe fermée. La direction a répondu oui, et qu’elle n’avait pas l’enveloppe pour donner 330 € à tous les agents.

La délégation a demandé si c’était une position de principe de ne pas donner la prime à tous les agents, ou si la direction de la DFA allait demander une augmentation d’enveloppe à l’exécutif parisien.

La direction de la DFA a répondu qu’elle n’allait pas demander une augmentation de l’enveloppe.

Enfin, le directeur a indiqué que s’il y avait une deuxième vague de primes (mais que cela l’étonnerait fortement qu’il y en ait une), cela pourrait se discuter.

– Concernant la réparation du système de ventilation permettant le rétablissement de températures acceptables, et la fin des températures supérieures à 33° C

La direction de la DFA a déploré cette situation, indiquant tout faire pour régler cette situation.

La délégation a insisté sur le caractère inacceptable de la situation.

La direction a indiqué que les agents pouvaient aller dans d’autres bureaux pour travailler, ou seraient autorisés à aller télé-travailler, sous la responsabilité de M Esteveny.

Elle n’était pas en mesure de donner un calendrier de réparation. Visiblement, un diagnostic est en cours depuis le 17 septembre. La réparation proprement dite n’est donc pas pour tout de suite…

– Sur la fin de la pression de la hiérarchie, amenant à un agent atteint d’une grave maladie à revenir au travail

La direction a indiqué respecter les procédures, et qu’elle n’allait pas entrer dans le détail des cas individuels.

Face aux faibles garanties et aux réponses de la direction, le préavis de grève a été maintenu et une retour auprès des agents du SFACT programmé le 22 septembre.

RENDEZ-VOUS CE MARDI (22.09) 11h30 AU PATIO 2e ETAGE BEDIER OUEST

La délégation rendra compte de l’audience avec la direction.

L’assemblée générale des agents du SFACT décidera de la suite à donner.

LE PREAVIS DE GREVE par CGT et FO a été déposé pour toute la journée du mardi 22 septembre.

La proposition, qui a été faite lors de la réunion syndicale du 15 septembre, est d’envisager la grève pour le début d’après-midi, si la direction ne donnai pas satisfaction.

RAPPEL sur le droit de grève :

personne ne peut empêcher un agent de faire grève. Il n’y a pas de délai de prévenance pour les agents du SFACT.

La grève doit se faire à la prise de service (matin ou début d’après-midi).

L’absence de service fait donne lieu à une retenue proportionnelle à la durée de la grève, en comparant cette durée aux obligations de service auxquelles l’agent était soumis pendant la période de grève.

Ainsi, la retenue est égale à :

  • 1/30è pour une journée d’absence, environ 50-70 €
  • 1/60è pour une demi-journée d’absence, environ 25-35 €
  • 1/151,67è par heure d’absence, environ 10-15 €

Suites du mouvements

A la suite du compte rendu, les agents du SFACT ont décidé de poursuivre le mouvement pour obtenir des avancées sur leurs revendications

  • l’obtention de 2 à 3 jours de télétravail pour les agents qui le souhaitent, comme cela se fait dans d’autres directions,
  • la réparation du système de ventilation ou la proposition de solutions tenant compte des besoins des agents, par exemple la possibilité de télé-travailler pour les agents souffrant de la chaleur
  • l’obtention d’une prime récompensant le travail réalisé par les agents pendant le confinement
  • la fin de la pression de la hiérarchie et la reconnaissance des agents

… détails à suivre

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.