29 octobre 2017


Article du parisien : La ville de Paris versera moins aux oeuvres sociales des agents.

Paris : la Ville versera moins aux œuvres sociales des agents


Julien Duffé
27 octobre 2017, 19h40

Hôtel de Ville (IVe). L’exécutif annonce vouloir baisser ses crédits dès l’an prochain à l’association en charge des œuvres sociales des 55 000 agents municipaux, en raison d’un contexte budgétaire tendu.

L’exécutif parisien reconnaît vouloir diminuer les crédits à l’association qui permet aux 55 000 agents de la Ville de partir en vacances à des tarifs préférentiels. Deux syndicats crient au scandale.

Les enfants des 55 000 agents de la Ville de Paris seront-ils privés de colonies l’an prochain pour cause de restrictions budgétaires ? La question est sérieusement posée par la CGT de la direction des affaires culturelles de la mairie.

Dans un article de blog publié ce vendredi, le syndicat assure que l’exécutif parisien a décidé « de sucrer 2 M€ sur le dos des personnels en diminuant d’autant sa contribution à l’Agospap, l’association en charge des œuvres sociales à la Ville de Paris. Une somme qui représente plus de 20 % de son budget annuel ».

Et de renvoyer sur le site Internet de l’Agospap (l’équivalent du comité d’entreprise) où un message laconique datant de lundi explique effectivement qu’« à la suite de l’annonce d’une diminution de la subvention pour l’année 2018, les inscriptions Vacances Hiver/Printemps 2018 sont suspendues pour les agents de la Ville et du Département de Paris ». A la mairie de Paris, si aucun chiffre n’est avancé, on confirme le coup de rabot à venir. « La Ville réfléchit bien à une diminution des crédits de l’Agospap dans un contexte budgétaire 2018 particulièrement tendu » annonce une porte-parole.

Et d’annoncer qu’« un travail est en cours avec les organisations syndicales pour évaluer au mieux les besoins des agents et s’assurer que cette diminution ne concerne en aucun cas les agents aux revenus les plus modestes ». Une concertation qui s’achèvera par un avis des représentants du personnel en comité technique à la mi-novembre. Quid de la suspension des inscriptions aux vacances 2018 ? Une mesure provisoire, « à titre prudentiel » rassure la Ville qui assure que « celles-ci reprendront dès la fixation des modalités ».

Pas sûr que cela suffise à calmer des syndicats très remontés. Pour la CGT Culture, qui rappelle que beaucoup d’agents de catégorie B ou C comptent sur l’Agospap pour partir en séjours « familiaux » ou faire partir leurs enfants en colonie, la décision de la Ville est « inique » et fait « scandale » parmi les agents. Pour la CFTC Ville de Paris, « les agents et leur famille n’ont pas à être les victimes des décisions d’ajustement budgétaire de la municipalité qui sont en décalage total avec leur réalité quotidienne ».

Coupes dans les congés des agents Pour faire des économies, la mairie de Paris a également décidé de supprimer certains jours de congé de ses 55 000 agents, a révélé ce jeudi le quotidien Les Echos.

Quatre mesures ont été prises qui devraient permettre un gain de 400 équivalents temps plein, soit 15 M€. Fin 2016, la Ville avait déjà fait le ménage dans les jours de congé « offerts » aux agents partant en retraite et ceux octroyés pour « faits exceptionnels ».

En juillet, le Conseil de Paris a supprimé la « journée des mamans », avantage jugé discriminant et dénoncé par la Cour des Comptes.

Enfin, dès janvier, les 8 jours de récupération annuels initialement mis en place pour compenser les heures supplémentaires mais qui s’étaient généralisés seront davantage encadrés. In fine, il restera aux agents 25 jours de congé, auxquels il faut ajouter 4 « jours du maire », 4 jours de congé dits « neige » et 22 jours de RTT. Dès 2018, les agents de la Ville n’auront donc plus « que » 55 jours de congé, soit 11 semaines, ce qui les rapproche des 1 607 heures de travail légales par an.

Pour en savoir plus : http://m.leparisien.fr/paris-75/paris-la-ville-versera-moins-aux-oeuvres-sociales-des-agents-27-10-2017-7359024.php